Home Notre village Via Domitia Autour de l'étang Le Canigou Passion tomate Les plantes de la Saint Jean Traditions et culture catalanes Nous écrire copyright

1544

on parle déjà de tomates et on mange déjà des tomatesPier Andréa Mattioli

 

La première mention de la tomate pourrait bien être attribuée au médecin - botaniste siennois Pier Andréa Mattioli (1500-1577) qui publia en 1544 à Venise son Herbier illustré "Commentari alla Materia Medica di Pedacio Dioscoride di Anazarbeo", dans lequel sont décrites et illustrées près de 1200 espèces de plantes à usage médical.

 

L’édition de 1554 précise que la tomate « est consommée en Italie avec de l’huile, du sel et du poivre »

 

L'Herbier illustré de Mattioli sera utilisé pendant longtemps également par d'autres botanistes du XVIIe pour la détermination des plantes.

 

L'une des plus importantes manifestations de ce développement fut la création de Jardins botaniques en Italie à Padoue en 1525 et à Pise en 1544.

Parallèlement, l'invention de l'imprimerie à caractères mobiles permit la publication d'ouvrages consacrés aux plantes, et plus spécialement d'herbiers, qui seront les premiers atlas du monde végétal. Tout au long du siècle, se succéderont ainsi avec ces ouvrages une foule d'éveilleurs à la botanique.

 

Reçu docteur à Sienne, il exerça la médecine à Rome jusqu'en 1527; à la suite des troubles politiques de l'époque, il se retira près de Trente où il vécut jusqu'en 1540, puis alla se fixer à Goeritz. L'archiduc Ferdinand, plus tard empereur, se l'attacha comme premier médecin, il resta à la cour de Vienne de 1552 à  1562, puis revint à Trente. 

Mattioli a eu comme médecin une immense notoriété ; mais ce qui a surtout fait sa réputation pour la postérité, c'est son « Commentaire de Dioscoride », paru pour la première fois à Venise  en 1554 malgré les erreurs que renferme ce livre, il est toujours précieux pour l'histoire de la botanique.

Retour au synoptique des petites histoires de la tomate